Leaving

Je crois que l’occasion se prête plutôt bien. Il y’a des films qui font pleurer, rire et peur et il y’a ceux qui donnent envie de prendre son sac à dos et de partir loin. Moi c’est peut-être ceux là que je préfère. Mais, et il y’a un mais, tous ces films ont quelque chose de différent à dire sur le voyage. Oui mais pour voir des belles images, il y’a les documentaires. Non, non, non. Un bon film de voyage à mon sens, c’est celui qui combine beaux paysages et un histoire. Mais comme dirait mon prof de philo  » Etre heureux ce n’est pas forcément s’évader « . Désolée monsieur, mais je ne suis absolument pas d’accord avec vous ! Alors sans plus tarder, voici les films qui pourraient donner envie de partir, comme ça un jour.

Entrer en communion avec la Nature et s’éloigner du monde : 

 Afficher l'image d'origine
La référence du film de voyage, c’est Into The Wild, et je crois qu’on s’accorde tous là-dessus. Ce film de Sean Penn, c’est l’adaptation du roman de Krakauer : il retrace le chemin d’un type complètement hors-norme, Christopher McCandless, qui décide de tout plaquer et de partir seul sur la route pour vivre en Alaska. Ce type a réellement existé, et c’est fascinant. Le film est un peu moins nuancé que le livre, qui donne de véritables témoignages de toute sa famille. Tout ce qu’il veut, c’est vivre par lui-même, hors de la société et avec la nature, loin du monde égoïste. Mais le plus beau dans ce film, c’est les rencontre qu’il fait sur son chemin, voir que les gens ne sont pas si mauvais que ça. Ce voyage c’est le plus philosophique et en même temps le plus tragique. Mais peut-être que ce qu’il faut en retenir c’est que  » Le bonheur n’est réel que lorsqu’il est partagé « . Cette phrase résume plutôt bien l’enjeu réel de cette histoire…  A voir, à écouter et à réfléchir.
Réaliser un rêve d’enfant : 
Afficher l'image d'origine
Là-Haut, c’est sans doute le film qui me fait le plus pleurer de la sélection. Carl rêve de faire pareil que son héros, l’explorateur Charles Muntz et partir explorer les Chutes du Paradis en Amérique du Sud (  » C’est comme l’Amérique, mais c’est le Suuuud  » ) Toute leur vie, Carl et sa femme Ellie voudront partir mais la vie passe et il est déjà trop tard. Sauf que Carl a promis à Ellie, quand ils étaient enfants, de poser la maison sur les chutes. Et c’est ce qu’il fait. Partir, c’est le but de sa vie, c’est une promesse qu’il va tenir jusqu’au bout, même s’il doit le faire seul. Et c’est ce qui va le changer. Attendre pour partir c’est peut-être pas la meilleure idée. Partir à l’aventure, c’est bien; faire de sa vie une aventure, c’est bien mieux.
Jouer aux aventuriers ensemble pour échapper à la morosité :
Afficher l'image d'origine

Ensuite viens le film dont je suis complètement tombée amoureuse et que je dois connaître par coeur : Moonrise Kingdom de Wes Anderson. Sam et Suzy n’ont que 12 ans, mais décident de partir ensemble échapper à la déprime de leur petite île. Sam est un scout orphelin, Suzy est un calvaire pour tout le monde, c’est donc naturellement qu’ils partent planter leur tente sur la plage. Sauf que personne ne veut les laisser vivre tranquille, même si eux veulent partir à l’aventure : ceux sont eux les plus matures de l’histoire de toutes façons. Partir à l’aventure ensemble, c’est bien mieux que seul. Sans doute mon film préféré de tous les temps, pour l’image, pour Anderson, pour l’histoire, pour la musique, pour l’aventure.

 Partir pour vivre et ne plus rêver : 

Afficher l'image d'origine

Et enfin pour finir, celui que tout le monde devrait voir et devrait copier dans la vraie vie : La vie rêvée de Walter Mitty, de et avec Ben Stiller. Walter Mitty est un type sans histoire, qui n’a jamais rien vécu de concret : en fait, il vit uniquement de ses rêves. Sauf qu’un jour, il décide de partir retrouver une photo perdue et s’aventre en Antartique, et en Islande. Ce que l’on doit tirer de ce film, c’est qu’il faut oser. Vivre dans ses rêves, ce n’est pas vivre. Oui, parfois ça paraît impossible, mais il faut s’en donner les moyens. On est tous des Walter Mitty en puissance : il faut se donner les moyens de vivre, et vivre, ça se fait aussi par le voyage. Alors mieux vaut vivre que rêver.

L’une des caractéristiques principale qui se dégage de ces 4 films, ce sont que ces  » héros  » sont un peu fous : l’aventure de MacCandless est une sorte de sucide que personne ne comprend, Carl est un vieux monsieur qui part seul pour vivre sa promesse, Sam et Suzy sont des fous pour leur parents et les autres habitants, et Walter Mitty sort de sa routine pour faire quelque chose qui change sa vie. Alors oui, partir non pas seul mais accompagné, mais surtout partir pour vivre, et revenir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s