Le convoi de l’extrême

 

C’est avec tristesse hier soir que nous nous sommes rendu compte que non, Mad Max : Fury Road  ne sortait pas un mercredi mais bien un jeudi. Tristesse, car nous ne savions RIEN sur ce film, pas même lu un synopsis, pas même vu un trailer. Niette, rien. Mais on sait pas, des fois on est tout excités d’aller voir des films, sans même savoir de quoi ça parle, sans même avoir vu les autres. Car oui, je n’en ai vu aucun autres auparavant. Et qu’importe. Généralement quand on est aussi excité, c’est que ça sera bien.  On l’a vu avant Cannes, c’est plutôt pas mal. Je suis curieuse de savoir ce qui s’en dira, mais j’ai quelques petites choses à dire, j’ai l’impression d’être encore sous la drogue de ce film.

 

Afficher l'image d'origine

De quoi ça parle ? Hanté par un lourd passé, Mad Max estime que le meilleur moyen de survivre est de rester seul. Cependant, il se retrouve embarqué par une bande qui parcourt la Désolation à bord d’un véhicule militaire piloté par l’Imperator Furiosa. Ils fuient la Citadelle où sévit le terrible Immortan Joe qui s’est fait voler un objet irremplaçable. Enragé, ce Seigneur de guerre envoie ses hommes pour traquer les rebelles impitoyablement…

« The willing Suspension of Disbelief « . C’est ce que disait le poète Coleridge, il y’a fort longtemps en parlant de la fiction. Pour nos amis non-anglophones, il y’a une nécessité d’entrer dans la fiction et d’accepter les règles du monde de cette fiction. Pour faire simple, quand on regarde un film, on ne peut pas se dire  » Ah non non, les voitures à trois étages, ça n’existe pas, c’est n’importe quoi ce film « . Pour regarder un film, on doit forcément entrer dedans, en acceptant des règles souvent bizarres. Citer Coleridge en parlant de Mad Max, c’est de l’absurde. Et ça n’est pas si hors-sujet à mon sens.

Il y’a des millénaires que je n’avais pas été autant emballée par un blockbuster. Parce qu’entre le 68 ème Marvel et le 100 ème film de Liam Neeson dans l’année, ça fait un bien monstrueux de voir un blockbuster avec un univers aussi hallucinant et halluciné. Si je citais Coleridge il y’a peu, ce n’est pas pour me vanter. C’est juste que ce film propose un univers tellement absurde, qu’il faut pouvoir l’accepter. Il est même assez déconcertant ce film, au début en tous cas. Que ce soit par sa tripotée de personnages aussi bizarres et improbables, sorte de sauvages/cadavres à la blancheur presque inadmissible quand on sait qu’ils vivent au fin fond du désert, par ses véhicules sortis d’une galaxie lointaine et l’absurdité de l’action, le film arrive à nous amener dans un univers tout droit sortit de la drogue elle-même. Un film n’aura jamais porté si bien son nom. C’est un univers de fou furieux. Et sincèrement, je le répète, mais il y’a bien longtemps que je n’avais pas été aussi impressionnée de voir des personnages aussi dingues.

Visuellement, c’est aussi hallucinant. Le film oscille toujours entre du bleu et du orange, et c’est souvent un pur bonheur pour les yeux. C’est dingue, mais ça sent presque l’essence, le feu et la crasse. L’image est hystérique, ça bouge dans tous les sens, c’est rapide mais pas trop. Et je crois que rien pour que l’univers et l’image, c’est une raison suffisante pour courir le voir. C’est une longue course poursuite dont ne se lasse jamais. Parce qu’il y’a une tension permanente, qui finit par exploser pour notre plus grand plaisir.

Afficher l'image d'origine

On s’en fiche du scénario. On ne va pas voir ce film pour qu’on nous raconte des belles histoires. Le film est une véritable explosion. Il n’y a pas, ou presque de temps morts. Ca explose, ça tire, ça fait boum. C’est tout ce qu’on demande dans ce genre de film. Certaines situations sont tellement absurdes qu’elles sont franchement drôles. Le film joue beaucoup avec le second degré.  Et il n’y a aucune pitié, mais aucune. Pour personne. Parce que oui, j’ai été très étonnée. Dans une salle qui transpire la virilité où je m’attendais à ne voir que du mâle en transe, je me suis retrouvée avec des guerrières. Oui, il y’a des filles. Et ce ne sont pas des cruches. Et elles morflent autant que les mâles. Pardonnez moi, mâles virils, mais ce film est à mon sens un film de filles. C’est de l’absurde. Parce qu’un film qui montre que dans un sens les filles sont plus intelligentes, et moins débiles que les créatures mâles d’en face, sincèrement ça n’a pas de prix. Et je ne pense pas extrapoler en disant ça, il y’a plusieurs éléments que je tais ici qui semble le montrer. Même si dans tous les cas, tout le monde sans exception en prend un sacré coup.

Et ce film est tellement absurde qu’il renvoie à notre réalité. C’est un blockbuster pas si bête qu’il n’en a l’air. En tous cas, il cache bien son jeu. Car au fond, ça parle de quoi ? C’est un monde apocalyptique où le monde est rabaissé à se faire la guerre pour du pétrole et de l’eau. Et qu’est devenue l’humanité ? Une bande de sauvages qui tentent de survivre pour boire une goutte d’eau, qui veut du pétrole, qui se soumet à des espèces de pourritures particulièrement moches qui s’amusent avec son peuple. Des dictateurs quoi. Et pui aussi, on est confronté à une humanité perdue, en terre hostile. Alors qu’est ce qu’ils font ? Ils se soumettent à cet Immortan, sorte de Dieu vivant qui leur ordonne de se soumettre car il est le seul à parler  » au soleil « . Et donc tous ses soldats n’hésitent pas à être des kamikazes au nom d’une pseudo croyance, pour rejoindre le Valhalla, inspiré des légendes nordiques, lieu de repos des valeureux guerriers promis à monts et merveilles. Parce que oui, si le film joue constamment sur le second-degré, il y’a quand même quelque chose à creuse en dessous. Une absurdité qui n’est au fond qu’une possible réalité. Et plutôt que de longs et pénibles discours moralisateurs, c’est peut-être plus intéressant de traiter ce genre de choses dans un monde qui paraît tellement absurde, que finalement ça tient la route. Parce que le réel est absurde, c’est bien connu.

S’il y’a bien un blockbuster à aller voir, c’est bien celui-ci. Je ne sais pas si le reste est à la hauteur, mais ça m’a fait franchement plaisir de voir un univers aussi dingue. Alors vous attendez quoi pour y aller ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s