What do you want to be when you grow up ?

Bon, alors aujourd’hui j’ai bien envie de parler de mon film préféré de tous les temps qui est … Moonrise Kingdom . Encore une fois, j’avais eu envie de le voir au cinoche, même si je ne savais absolument pas ce que c’était, et je l’ai acheté un peu par hasard.

Déjà ce film m’a permis de découvrir Wes Anderson. J’avais aucune idée de qui était ce type jusqu’à ce film, et à vrai dire c’est un vrai génie. Y’avait longtemps que j’avais pas été autant impressionnée par un film. C’est un cinéma très particulier, complètement différent de ce qu’on a l’habitude de voir. C’est un conteur hors-pair, et en même temps un vrai génie de la mise en scène.

moonrise-kingdom-5066596b17eb5.jpg

Alors Moonrise Kingdom  fait déjà rêver par son titre. J’ai déjà envie de m’attarder sur l’affiche car elle est déjà révélatrice. Outre le fait qu’il y’a un casting de rêve, et que  Bruce Willis avec une choucroute sur la tête ça vaut tout l’or du monde, l’affiche est superbe. Vous trouvez pas qu’il y’a comme un petit truc qui cloche ? Tout est super ordonné. Et l’herbe est fausse, le décor aussi. Ce n’est qu’une mise en scène, une apparence. Rien de tout ce qu’on voit dessus est vrai, d’ailleurs on remarque que tout ça n’est qu’un mur. Tout ça pour dire que cette affiche résume pas mal les intentions d’Anderson : la mise en scène superbe cache au fond quelque chose de plus dramatique. Ce n’est qu’une apparence qui cache le tragique de la situation.

Afficher l'image d'origine

Car il faut savoir qu’Anderson, c’est déjà un gros paradoxe à lui tout seul. Il fait des films avec un univers d’enfants, où tout est très beau, extrêmement structuré. L’affiche laisse presque penser que c’est un film pour gosse, tellement c’est hyper coloré. Le problème, c’est que le fond du film est très gris. Aussi suprenant que cela puisse paraître, ce film met quand même en avant la .. dépression. Et ça contraste avec l’univers complètement absurde des images. Car oui, tous les personnages sont dépressifs dans cette histoire. Sam est orphelin, Suzy est considérée comme un calvaire pour ses parents et affirme elle-même être dépressive, et tous les adultes de ce film le sont aussi.

J’allais oublier, de quoi ça parle ? Simplement de deux gosses, Sam et Suzy qui après être tombés amoureux l’un de l’autre décident de s’enfuir. Forcément, ça fait peur aux adultes qui commencent à s’inquiéter et qui veulent les retrouver. Tout ça se passe sur l’île imaginaire de  New Penzance dans les années 60.

Afficher l'image d'origine

Le film est narré par un pêcheur. Il possède un côté fortement méta, puisque le narrateur s’adresse directement aux spectateurs, comme pour lui rappeler l’artificialité de l’histoire.

Ce point là est assez important pour comprendre le film. Le film joue sur la mise en scène. Anderson, c’est un vrai génie de la mise en scène. Si déjà je félicitais Refn pour son travail, Anderson va beaucoup plus loin. C’est un film, donc on joue sur les apparences car rien de ce qu’on voit n’est réel. Chaque plan chez Anderson veut dire quelque chose. Son truc, c’est les plan larges et les travellings latéraux.

C’est d’abord  surprenant. En fait je ne m’attendais pas du tout à voir ça dans un film. Chaque plan devient un tableau et prend du sens. On a tellement l’habitude de voir toujours les mêmes plans, qu’à force on y prête même plus attention. Et Anderson vient nous rappeler que le cinéma, ça passe d’abord par des images. Et qu’est ce que c’est beau.

Afficher l'image d'origine

Donc le film joue alors sur les apparences et sur la réalité. Ce film, c’est d’abord un film d’aventure. Bah oui, y’a des scouts, des gosses qui s’en vont parce qu’ils sont amoureux. Et pour moi,  ça vaut toutes les histoires d’amour du monde. Eux, tout ce qu’ils veulent c’est qu’on les laisse tranquilles, même si ils ont 12 ans. Or ils ont beau être jeunes, ils sont bien plus matures que tout le reste des habitants de l’île. Quand je vois ce film, j’ai juste envie de devenir scout, c’est tout. J’ai envie de partir à l’aventure, et ce film ne fait que m’en donner envie encore plus. J’ai aussi envie de trouver une plage, et d’y rester, c’est tout.

Et c’est une histoire d’amour aussi. Et c’est bien plus intelligent que tous les Bella et Edward du monde. C’est simple, c’est beau, c’est sincère, et surtout ils partent à l’aventure ensemble. Moi ça me suffit. Et surtout ils ont envie que les adultes leur foutent la paix une bonne fois pour toutes. Et parlons en des adultes de ce film. Ils sont tous déprimés, égoïstes et surtout très maladroits. Le film a beau ressembler à un film pour enfant, dans le fond, c’est très loin d’être le cas.

Afficher l'image d'origine

Enfin, c’est surtout absurde. Absurde par les plans, par la musique , par les personnages, par la magie qui s’en dégagent. Car Sam et Suzy se demandent quels est leur pouvoir magique, qu’est ce qui peut les rendre meilleurs, dans le fond. Je pourrais parler de ce film pendant des heures et des heures, tellement je l’adore et j’ai sans doute oublié pleins de points. Moonrise Kingdom , c’est avant tout drôle avant d’être déprimant. C’est absolument magique, ça donne envie de partir, c’est extraordinairement beau et travaillé. C’est tout ça à la fois, et c’est incroyable, vraiment. Et ça fait un bien fou de voir un film comme ça. Maintenant, j’ai juste envie de devenir scout, moi aussi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s