L’expérience 2001- L’Odyssée de l’Espace

Je crois que s’il y’a bien UN film à garder sur Terre et que tout le monde doit voir, c’est bien 2001- L’Odyssée de l’Espace de Stanley Kubrick. Il y’a des films que l’on regarde pour le simple plaisir et qu’on oublie juste après, et il y’a ce genre de films qui ont une importance capitale, à la fois dans le cinéma et dans notre reflexion propre. Ce film est un peu une sorte d’ovni cinématographique et je vais essayer de montrer de manière assez compréhensible en quoi ce film si difficile à comprendre a bien bouleverser le cinéma, et surtout la science-fiction. Alors certes, je ne peux pas prétendre que j’ai tout compris ( en fait ce ne sont que des hypothèses, je crois que personne d’autres à part Kubrick lui-même ne peut donner une explication de ce film ) mais il n’empêche que j’ai l’impression d’avoir cerner quelques petits détails importants et puis autant dire ce que j’ai à vous dire. Retenez une chose, ce film date de 1968 et est incroyablement moderne.

Afficher l'image d'origine

A l’aube de l’Humanité, dans le désert africain, une tribu de primates subit les assauts répétés d’une bande rivale, qui lui dispute un point d’eau. La découverte d’un monolithe noir inspire au chef des singes assiégés un geste inédit et décisif. Brandissant un os, il passe à l’attaque et massacre ses adversaires. Le premier instrument est né.
En 2001, quatre millions d’années plus tard, un vaisseau spatial évolue en orbite lunaire au rythme langoureux du « Beau Danube Bleu ». A son bord, le Dr. Heywood Floyd enquête secrètement sur la découverte d’un monolithe noir qui émet d’étranges signaux vers Jupiter.
Dix-huit mois plus tard, les astronautes David Bowman et Frank Poole font route vers Jupiter à bord du Discovery. Les deux hommes vaquent sereinement à leurs tâches quotidiennes sous le contrôle de HAL 9000 ( CARL en français ) , un ordinateur exceptionnel doué d’intelligence et de parole. Cependant, HAL, sans doute plus humain que ses maîtres, commence à donner des signes d’inquiétude : à quoi rime cette mission et que risque-t-on de découvrir sur Jupiter ?Pour faire simple, ce film raconte les origines de l’humanité et le futur de l’homme, de la vérité; bref, de l’humanité toute entière.

Comme je le disais, ce film a bouleversé les codes de la science-fiction. En même temps, Kubrick touche un peu à tout et semble adorer jouer avec les codes : ( Cf Shining et le cinéma d’horreur ).

La question que pose ce film au niveau cinématographique c’est : Comment filmer l’espace dans un film ?

Premièrement le son : Vous connaissez probablement l’accroche du film Alien qui est :  » Dans l’espace, personne ne vous entend crier ». Eh oui, il n’y a pas un seul bruit dans l’espace, ce qui est assez contraignant dans le film, surtout parlant. Ce qu’il y’a d’assez incroyable dans 2001 , c’est le son. On peut passer d’une musique stridente au silence absolu, sans aucune transition. On peut entendre aussi simplement la respiration de l’un des astronautes dans un silence presque étouffant. Le film joue sur les musiques et sur les transitions inexistantes, ce qui donne un côté un peu angoissant à certains moments. Ce qui m’a fait rire justement, c’est qu’à la sortie de Gravity de Cuaron ( 2013 donc ) tout le monde a acclamé l’ingéniosité du réalisateur pour ces passages de musiques et d’action intenses au néant le plus total. Certes, j’ai trouvé ce film très réussi, sauf que Kubrick en 1968 a été l’un des précurseur.

Afficher l'image d'origine

Ensuite, il y’a les images : Le tout début du film est assez surprenant puisque le film débute avec un écran noir et une musique assez angoissante. Mais surtout, au même titre que le son, le spectateur est transporté brutalement d’une image ultra-lumineuse à une image très sombre ( et inversement ). Et puis Kubrick use des plans larges ( je ferai un article très prochainement sur les différents plans au cinéma ) et moi j’adore vraiment. Les plans sont tellement larges que parfois ça en devient paradoxalement étouffant. Kubrick multiplie aussi les plans fixes : autant vous dire, le film est très lent et c’est ce qui le rend d’autant plus fascinant. Certains plans sont très étranges, car les personnages sont parfois à l’envers et à la verticale, comme ci-dessous.

Enfin l’espace : La façon dont l’Espace est filmé est repris dans tous les films de science-fiction et même la publicité ( oui, c’est assez étrange, mais dans le fond c’est plutôt malin de leur part ). Tout le monde ou presque connaît les deux musiques clés du film : la première en haut de l’article et la seconde est ici. L’Espace ressemble presque à un ballet, dans lequel les planètes défilent les unes après les autres. Et puis cette manière de filmer la Terre et les planètes sur fond noir, c’est mythique et on le retrouve dans tous les films de science-fiction.

Afficher l'image d'origine

Rien que pour ces trois points là, le film vaut le détour. Je rappelle quand même que le film date de 1968 et est très moderne : j’ai été très surprise de la beauté des effets spéciaux et des images qui sont, grace aux plans larges que j’adore, magnifiques. Ce film a vraiment révolutionné la science-fiction, je le répète.

C’est grace à toutes ces images que le film prend une allure mystérieuse et fascinante. En effet, le film tente d’apporter une réponse et est en fait inspiré du roman éponyme de A.C Clarke, qui a écrit deux suites sensées apporter des réponses. Une suite à 2001 existe au cinéma, 2010. Le film est parfaitement ennuyeux.

L’un des plus grands mystères de ce film reste le monolithe noir qui réapparaît à différents moments clés du film. Je ne pense pas trop m’avancer en disant que cet étrange rectangle noir symbolise notre humanité. A chaque fois qu’il apparaît, c’est une avancée pour l’homme : après sa découverte par les singes, ils fabriquent leur premier outil. Puis, lorsque les astronautes sur la lune le découvre, c’est l’invention d’une intelligence artificielle. Le monolithe est toujours accompagné d’une musique stridente et terrifiante. Maintenant, toute la question est de savoir d’où il vient et j’ai bien l’impression qu’il n’y a aucune réponse. Lorsque Dave atteint Jupiter, il est entraîné dans un étrange tourbillon de couleur hallucinant. J’ai bien l’impression que c’est à ce moment là qu’il découvre la vérité, sur l’humanité ? Et si la vie était d’abord extraterrestre?  C’est du moins ce que j’ai pensé après avoir vu le film. Puisque l’on ne sait pas d’où vient le monolithe, on ne sait pas d’où nous venons ..

Afficher l'image d'origine

D’ailleurs, ce film est tellement symbolique et culte qu’il est réutilisé … partout. On voit une petite référence dans Charlie et la Chocolaterie où une tablette de chocolat apparaît dans une télévision à la verticale, pour dire que le chocolat est la base de l’humanité. Et combien de pub utilise cette bande son pour promouvoir leur produit, sous-entendant que sans lui l’humanité ne serait rien ? Le film a bien marqué les esprits pour le meilleur, et pour le pire.

Et puis arriva le thème de la machine, thème si cher à la science-fiction. La machine qui dépasse l’homme est devenu le sujet du moment : il n’y a qu’à voir tous les nouveaux films de science-fiction, beaucoup ont un arrière plan écologique et pessimiste en montrant le progrès comme destructeur. Kubrick, visionnaire ? Peut-être, surtout quand on voit tous les inventions du films, sensés vivre en 2001, c’est assez dérangeant. D’ailleurs j’écrirai probablement un article sur le futur au cinéma, ça réserve parfois des surprises. Lorsque le monolithe est apparu sur la lune, les hommes ont inventés CARL – ( HAL ) , un ordinateur ultra-intelligent capable de tout contrôler. Tellement intelligent qu’il veut détruire l’homme. La machine qui prend le pouvoir, on voit ça dans I, Robot par exemple. Que deviendrait l’homme sans la machine et quel est son destin avec, voilà l’une des nombreuses problématiques du film. Ah et au fait, c’est exactement la même chose dans Wall-E, avec l’ordinateur AUTO, qui veut lui aussi détruire l’homme; comme quoi, Pixar c’est pas forcément que pour les enfants.

Afficher l'image d'origine

C’est un film hypnotique, fascinant et incroyable qui nous invite à nous interroger sur notre propre existence et sur notre futur. C’est lent, c’est beau, c’est une vraie expérience enrichissante, qui est essentielle pour comprendre la science-fiction d’aujourd’hui, et pour pousser une réflexion un peu loin. Certes, un film métaphysique, ça peut rebuter. Néanmoins c’est une véritable expérience. C’était la deuxième fois que je le regardais, j’étais un peu sceptique la première fois ( ça remonte aussi ) et j’étais totalement fascinée la seconde, par l’enjeu qu’un tel film représente. Un film qu’il faut au moins avoir vu une fois, ne serait-ce que pour découvrir le mystère qu’il recèle. Difficide d’y apporter une véritable réponse, peut-être au même titre que l’humanité toute entière.

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. princecranoir dit :

    Tu as tout dit. Essentiel.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s