I like the way you die, boy

Alors oui parlons de Django Unchained, son dernier film. Cela faisait bien longtemps que Tarantino tournait autour du western, et là mesdames et messieurs, on en a un vrai. Mais un western à la Tarantino bien évidemment.

C’est donc ici l’histoire de Django, un esclave noir, libéré par un chasseur de prime allemand, le Dr. King Schultz. Django va devoir l’aider à retrouver les frères Brittle. Mais une fois terminé, Schultz va devoir l’aider à retrouver sa bien-aimée Broomhilda qui se trouve chez Calvin Candie..

C’est un film que j’attendais énormément, faut avouer que je suis une admiratrice de ce cher Tarantino. Je n’ai pas été déçue, c’est le moins qu’on puisse dire. A mon sens, ce film est l’un des plus abouti de sa carrière. En tous cas, le film ressemble pas mal à Inglorious Basterds  pour une raison : Tarantino refait l’histoire. On peut toujours lui reprocher que c’est mal, mais sincèrement pourquoi ? On nous fait bien croire à un gosse sorcier qui combat un type à face de serpent ou à tous les super-héros possibles et imaginables. Pourquoi lui reprocher un manque de crédibilité tandis que le cinéma est rempli de films en tous genres, bien loin de la réalité. Le cinéma, c’est pas un miroir de la réalité, bien loin de là. Tout ce qu’on voit à l’écran est faux, Alors le fait de modifier l’histoire, ça ne me dérange pas du tout. Et surtout, c’est amplement justifié ici.

Afficher l'image d'origine

Django Unchained, vous l’aurez compris, c’est un film sur l’esclavage. Et pour une fois, on a pas un film tire-larme. Forcément, c’est un sujet grave et triste dans la réalité. Mais avouez que des films sur l’esclavage, y’en a un paquet. Surtout depuis que Tarantino s’y est mis. J’aurais voulu voir 12 years a slave, mais évidemment c’était la dernière séance, et y’a eu un problème technique, donc j’attendrais encore un peu pour le voir. Mais par contre, j’ai vu un autre film traitant sur le même sujet : Le Majordome. Moi j’ai eu un gros problème avec ce film. C’est triste et c’est bien normal puisque le sujet de l’esclavage est déjà triste. Mais pour moi, ce film était trop conventionnel. Ce film, c’est quasiment un documentaire, ou comment raconter aux enfants l’histoire de l’esclavage. C’est un bel hommage, mais c’est trop creux à mon goût. Ce que j’ai adoré dans Django, c’est le retournement de situation. Là, c’est les esclaves qui se rebellent, et puis c’est tout.

Ensuite, ce film c’est un Tarantino, donc forcément, ça finit dans un bain de sang. Mais là, dans ce film en particulier, il y’a quelque chose de nouveau. Jusqu’à maintenant, la violence était fun. Et on peut le dire, la bataille finale elle a quelque chose de presque jouissif. Mais bizarrement, il y’a certains moments où la violence est quasi insoutenable. Ces scènes là, elles sont tout sauf drôles et mettent vraiment très mal à l’aise. La violence prend une tournure très sérieuse et c’est assez curieux dans un film de Tarantino où on est habitué au sang qui gicle de partout. Le sérieux de la violence vient justement rappeller qu’on est aussi dans un film sur l’esclavage et ça montre bien toute l’horreur de la condition. Alors oui le film ne suit pas l’histoire, mais il en est imprégné en nous montrant toute cette horreur. Et là, y’a du génie.

Afficher l'image d'origine

 

Le film est pourtant très drôle, et Tarantino reste le roi de la réplique culte. De plus, ça faisait bien longtemps que Tarantino tournait autour du western et là, le rêve est accompli. Déjà, il faut rappeller un chose. Django Unchained s’inspire du héros Django  de Sergio Corbucci. Et on retrouve dans le film, un caméo de l’interprète de Django, Franco Nero. Et sur la photo du dessus, on a donc Django qui parle à .. Django ! Ensuite on trouve un caméo  de Tarantino lui-même. D’habitude, Tarantino n’est qu’un figurant, mais là il est tout de même quelques minutes à l’écran, accro à la dynamite. Et rien que ça, c’est cool.

Ensuite, le film est un western spaghetti. Aucun rapport à la nourriture, mais comme vous l’aurez peut-être deviné, c’est un western italien, inspiré donc de Sergio Leone. Donc on se retrouve avec des paysages magnifiques.  Mais c’est un western à la Tarantino toujours, et si certaines musiques sont empruntées à Ennio Morricone, d’autres sont très étranges. Parce qu’en plus d’être le roi de a réplique qui tue, Tarantino c’est le roi de la musique improbable. C’est ainsi qu’on se retrouve avec une musique de rap bien américain sur fond de western. Et ça donne un côté méga cool au film.

Parlons en de ce côté méga cool. Django c’est l’incarnation du type hyper cool. C’est quand même l’esclave qui devient libre, et qui une fois libre s’habille en costard bleu. Même les esclaves ça les fait marrer, et nous aussi. Mais il veut avant tout se venger du mal qu’on lui a fait à lui et surtout à Brommhilda. Et pour ça, il n’hésite pas à être un vrai salaud avec les esclaves eux-mêmes. C’est cruel, mais c’est l’unique manière de pouvoir investir la demeure de Calvin Candie. Ce qui est assez étrange dans ce film, c’est que ce n’est pas forcément les blancs qui sont tous méchants. Schultz est allemand et libère Django, et l’esclave de Candie est un peu un traître. Même Django est capable de passer du mauvais côté pour pouvoir mener à bien sa stratégie. Et ça reste intéressant.

Afficher l'image d'origine

Calvin Candie. Sûrement le type qu’on aimerait voir mourir dès le début. C’est quand même lui qui s’éclate devant une lutte à mort de deux esclaves. Et plus raciste que lui, difficile à trouver dans ce film. Son monologue sur les esclaves est franchement flippant.  En fait, on a qu’une hâte, c’est que Django la lui boucle une bonne fois pour toute. Et il y’a Schultz, qu’on aime bien dès le début avec son petit accent allemand.

Django Unchained, c’est un drôle de film. Alors que d’autres films s’attardent sur l’horreur de l’esclavage, ici, le film change directement l’histoire. C’est subtil, et tout aussi efficace, même plus à mon goût. Et surtout, on le sent bien que Tarantino aime ce qu’il fait. Et ça fait du bien de voir des films, des vrais.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s