Adventure is out there !

J’ai une drôle d’obsession pour les films d’aventures. Pour les gens qui s’en vont. Pour les scouts. Là-Haut entre totalement dans mon obsession. C’est probablement le film de ma vie. Un de mes Pixars préférés. Un de mes films préféré tout court. Ce n’est pas un film pour enfant. Ce n’est pas un film. C’est une affaire personnelle. Peu importe ce qui en est dit, j’aime ce film pour toujours.

J’ai envie d’être encore une exploratrice. De continuer mon livre d’aventure. D’avoir pleins de badges. C’est un film pour grand enfant. Pour ceux qui continuent d’avoir des rêves d’aventures, et qui sont confrontés à la froide réalité. C’est ceux qui se démènent pour les réaliser et être des enfants à tout jamais.

Afficher l'image d'origine

Carl Fredriecksen est un papi grincheux, embêté par de vilains entrepreneurs sans âme  qui veulent raser sa maison. Il s’en va vers les Chutes du Paradis dans sa maison. Sans savoir qu’un petit scout un peu pénible est resté sur le palier.

Quelle idée bizarre de s’envoler dans sa maison. De s’envoler dans ses souvenirs. L’image est saturée de couleurs. De personnages curieux. D’oiseaux immenses et rares. De chiens qui parlent. De situations drôles, dangereuses et improbables. La réalité de deux papis qui s’affrontent à coup de cannes. Un scout maladroit qui perd son seul repère. Des paysages grandioses. Une maison qui s’envole avec des ballons de toutes les couleurs. Le film respire la joie, la vie.

Afficher l'image d'origine

Cette vie terne. La solitude. Le deuil. S’envoler avec sa maison, c’est s’envoler avec les traces du passé. La douleur de n’avoir pu tenir la promesse à l’amour de sa vie. De croire que la véritable aventure est encore à vivre, alors même qu’elle a déjà commencé. Carl est grincheux, car il fait face à la solitude de la mort.Les rêves d’enfants se confrontent à une réalité  différente. Le héros que l’on adorait tant se trouve être un monstre sans coeur et assoiffé de reconnaissance.

La vrai aventure est celle de tous les jours. Celle passée couchée dans l’herbe à rire des nuages. Faire un club d’aventurier et se promettre d’aller aux Chutes du Paradis. Etre rattrapé par la vie. Et continuer encore à y croire. Et faire avec. L’aventure de la vie est la plus précieuse. Le drame de film, c’est la vie elle-même. Cette musique qui nous déchire le coeur, par sa sincérité. Jamais une histoire d’amour n’avait été si vraie. Pourtant tout n’est qu’artifice. Tout n’est que synthèse.

Afficher l'image d'origine

Cette promesse de partir à l’autre bout du monde. Et de la tenir.

Maintenant il faut trouver ses Chutes du Paradis. Vivre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s